Anne-Marie et Serge
IMG_8559.jpg

Anne-Marie et Serge ETIENNE

Photographes animaliers

 

L’évidence de la photo nature s’est imposée au cours de notre premier voyage en Afrique Australe, il y a maintenant une quinzaine d’années. La découverte des paysages sauvages de Namibie, de sa faune extraordinaire adaptée à des conditions si extrêmes et des peuples chaleureux qui y vivent, a modifié pour jamais ma vision du monde. Les grands parcs africains sont riches d’une faune remarquable. On pourrait la croire inchangée depuis la nuit des temps. Lors de ce premier séjour nous avons eu l’impression de pénétrer au paradis terrestre, un aperçu du monde d’avant la chute… Bien sûr, tout est bien loin d’être si idyllique, cette Afrique vierge et sauvage n’existe pas, mais nous avons connu cette fois-là au milieu des dunes du Namibrand, une sorte d’épiphanie, une émotion lumineuse et intense qui se renouvelle à chaque voyage.

La photographie est un moyen de partager la beauté d’une nature en danger. L’émerveillement ne peut être dissocié de la crainte de voir disparaître à jamais un univers fragile et superbe, la photo devenant une tentative désespérée de figer l’instant présent, une lutte contre l’accroissement de l’entropie qui nous dévore.

L’Afrique du Sud, la Namibie, le Botswana et le Zimbabwe offrent une diversité de biotopes exceptionnelle. Des déserts de sable rouge du Namib au delta de l’Okavango, en passant par des immenses parcs comme celui de Hwange, recèlent des opportunités infinies pour le photographe animalier. Retourner souvent dans des endroits que l’on connait permet de créer des contacts sur place, des amitiés précieuses.

La photographie animalière est une école de patience. Quand on connait bien son « terrain de jeux », le jour où l’occasion photographique tant attendue se présentera enfin, on est prêt. L’animal, la lumière, l’environnement parfait, tout se trouve réuni comme par miracle. Une énorme part de chance, bien sûr, mais surtout une préparation en amont, l’observation attentive du comportement animal et beaucoup de temps d’attente pour voir cette occasion se matérialiser.

 

Matériel :

NIKON D850 et objectifs Tamronn 150-600mm ou Sigma 60-600mm